Développement Durable et Responsabilité Sociale de l'Entreprise (RSE)

Le volet humain du développement durable est bien souvent le parent pauvre de cette démarche comparé aux volets économiques et environnementaux.
Au mieux ce volet est décliné dans une politique dite de «RSE» où les aspects sociaux font l'objet de déclaration d'intention "unilatérale" de la part de la direction et relèvent plus de la «communication» au mauvais sens du terme que d'une vraie responsabilité sociale.
Il faut donc, pour la rendre signifiante, intégrer cette démarche dans l’organisation même du groupe et son système de management et prendre des engagements sociaux vérifiables par des tiers, allant bien au-delà d'un simple «reporting».


Exemple de réalisation___________________


Déploiement au sein d'un groupe multinational d'un référentiel déclinant les trois chapitres (économique, social et environnemental) du développement durable auprès de six parties prenantes (clients, fournisseurs, communautés, salariés, actionnaires, environnement) en engagements, bonnes pratiques et niveau de performance, permettant une auto-évaluation des progrès accomplis par chaque entité (sites, BUs, fonction ou pays) sur une priorité choisie par elle et selon une grille commune donnant lieu à l'établissement d'objectifs inclus dans la politique
de rémunération variable.
Cette démarche «The way we do business» illustre le fait que la seule performance économique est nécessaire mais pas suffisante pour créer de la valeur durable.
Un accord signé avec la fédération syndicale mondiale du secteur, par lequel celle-ci et la direction s'engagent à une visite conjointe et annuelle d'un pays afin de contrôler la bonne application de la RSE, complète le dispositif.